Couple d’entrepreneurs en série : Jody et Claude ont du succès dans leurs amours comme dans leurs affaires

Isabelle Naessens

29 juin 2022

Ça prend plus qu’une bonne idée pour être un entrepreneur. Plus que l’envie de gérer du monde, d’être son propre boss et de brasser des affaires, aussi. Et c’est pas parce qu’on est un bon vendeur de char qu’on fera un bon businessman! Il n’y a pas de chemin tout tracé. Être entrepreneur prend du cran. Il faut avoir du cœur au ventre et la passion dans les tripes. Le mot liberté tatoué sur le front. Et l’envie du risque pour déjeuner.

Claude Laforest et Jody St-Laurent sont un couple de serial entrepreneurs. Serial, comme en série, mais aussi seriously, comme sérieusement. Ce n’est pas la petite affaire. À eux deux, ils possèdent et gèrent non pas une, ni deux, ni même trois, mais cinq entreprises (en plus de deux enfants tannants) : Lafo Bikes, Flashlight World, iGrip Store, Laurentian Trading et Moi & Jody. Ils ont du succès dans leurs affaires, ils ont du succès dans leurs amours, mais ils ne changent pas souvent de secrétaire ! Voici leur histoire.

HenkelMedia.com

Un vendeur dans l’âme

Claude a la vente dans le sang. « Y’en a pas de problème avec lui, assure sa femme Jody. Il achète, il revend, il a une confiance incroyable, zéro stress financier, débrouillard comme dix ». D’abord responsable du service à la clientèle et des garanties chez Argon 18, une entreprise de fabrication de vélos de haute performance, Claude tombe dans le monde du cyclisme comme Obélix dans la potion magique. Il n’en a jamais assez. 

Les opportunités foisonnent, et il les saisit par le cou ! « Je pense que j’ai fait quarante fois le tour du salon à Las Vegas où on vendait les vélos, juste pour récolter les stickers gratuits ! J’ai fait dix ou quinze mille dollars à les revendre sur eBay ». En 2004, Claude avait déjà catché le pouvoir des sites de revente en ligne. « J’allais dans les magasins et je leur demandais de quoi ils voulaient se débarrasser, des fins de ligne, ce genre de truc. Je me suis mis à inonder lesPAC et Kijiji avec toutes sortes de pièces et d’articles de vélos. Même les magasins m’appelaient pour se plaindre ! 

Je me suis mis aussi à acheter des pneus. J’en ai vendu pour vingt mille dollars au moins ». Sa blonde s’en souvient… « Dans l’appart qu’on venait de louer, il y en avait partout : dans le cabanon, sur la terrasse, même dans le garage du proprio. On appelait ça la forest des pneus » ! 

Un bar laitier, une ferme de paniers bio, un centre d’amusement, des maisons mobiles ?

Un peu plus tôt, la sœur de Jody, une coureuse professionnelle justement commanditée par Argon 18, avait croisé le chemin de Claude. Toujours un joker dans la poche de derrière, il lui avait tendu (par erreur) son ancienne carte d’instructeur de plongée. Une médaille de jeunesse. Mais il se trouvait alors que la jolie Jody était aussi une ancienne monitrice de plongée, et célibataire… Les choses n’ont pas traîné. Un mois plus tard, Claude lui annonçait qu’il la voyait comme la mère de ses enfants. Ils se sont vite fiancés. 

Voyageurs, passionnés et amoureux, ils n’avaient qu’une envie : to live the life, à cent miles à l’heure ! Ils ont alors fait une offre d’achat sur un centre de plongée à Key West, et un autre au Panama. Puis un bar laitier. Une ferme qui vend des paniers bio. Une usine qui fabrique des maisons mobiles. Un centre d’amusement pour enfants. Une acquisition, s’il-vous-plaît ! 

HenkelMedia.com

Quand leur ami Dany Papineau, fondateur de WeChalet, leur a proposé d’acheter une maison et de la louer on the side, ils ont sauté sur l’occasion. Mais rapidement, leur appartement est devenu trop exigu : bébé numéro un était en route. Tout juste un mois avant l’accouchement, ils emménageaient dans la maison. Il fallait trouver un autre plan.

HenkelMedia.com
Claude & Jody, entrepreneurs en série : Lafo Bikes, Flashlight world, iGrip Store, Laurentian trading, Moi & Jody

Entrepreneurs complémentaires

En 2015, Claude vendait officiellement des voitures pour BMW. Mais son histoire d’amour avec le vélo lui collait à la peau, et le thrill de la vente en ligne aussi. Il a alors fondé High End Bike Discount (aujourd’hui Lafo Bikes, qui leur appartient à tous les deux). Deux mois plus tard, il lâchait sa job à temps plein. « On revend des surplus d’inventaire en ligne de vélos, un peu comme un Winners de la bécane, mais vraiment haut de gamme, avec des produits de niche rares à trouver que je fais venir d’Italie, de la Nouvelle-Zélande ou du Japon. On est le second top dealer de Colnago qui vient de gagner le tour de France pour la deuxième année de suite ». Claude se voit dans le succès de ses fournisseurs. Son sous-sol est d’ailleurs rempli de perles rares. 

Rapidement, le couple se sépare les tâches. Lui s’occupe des clients, de l’emballage, des envois et des réseaux sociaux. « Quand la poste est fermée, je suis en vacances ! Ça arrive pas souvent ». Elle, c’est la gestion, le marketing et les finances. La maison, et les bébés aussi, ils sont maintenant deux. « Quand Enzo est né, je ne suis jamais retournée travailler pour quelqu’un », sourit Jody. Il faut dire que la jeune maman est à l’aise comme un poisson dans l’eau. Issue d’une famille d’entrepreneurs tous à leur compte, un bac en gestion en poche et une expérience notable en développement économique auprès de CAE, puis dirigeante régionale pour Femmessor, elle connaît la game

Claude la sécurise, il connaît son affaire. Il lui donne l’assurance de se lancer. Elle lui donne la stabilité et la connaissance. « Chacun sans l’autre, on ne serait pas capable de runner la business ».

5 business modernes et équilibrées

Enceinte de Jaz, Jody avait suivi une formation de yoga et était devenue enseignante. « C’est quand même drôle, on est complémentaires mais différents. Quand j’ai rencontré Claude, il y avait How to be a millionaire et Peak Performance dans sa bibliothèque, et du Eckart Tolle ou du Mathieu Ricard dans la mienne » ! Cette année, elle vient de lancer Moi & Jody et de créer la première édition du Festival Inspira. « C’est une wonder woman », avoue sans aucune difficulté son chum, reconnaissant, les yeux embués d’amour. 

Depuis 2019, le couple d’entrepreneurs fly. Ils ont acheté iGrip Store, qui vend des crampons vissables, et Flashlight world, le plus gros revendeur de lampes de poche professionnelles au Canada, notamment utilisées par les institutions gouvernementales, l’armée et la police, en plus de tous les passionnées de plein-air, pour qui d’ailleurs, ils proposent des vêtements et accessoires avec leur plus récente acquisition, Laurentian Trading.

Comble du succès, les propriétaires de ces cinq entreprises ajoutent fièrement : « On est les seuls parents à venir chercher les enfants à la garderie ensemble à trois heures ». Tout semble facile. « On manifeste ce qu’on désire ». Jody est parvenue à instiller l’équilibre chez Claude. « On a créé des business paperless et décentralisées. Il y a un gars qui s’occupe du service à la clientèle chez lui à Terrebonne, un autre à Vancouver, quelqu’un qui gère les sites web. Il y a des entrepôts à Laurier Station et à Sainte-Thérèse qui s’occupent du pick, pack and ship. On veut que nos entreprises ne soient pas dépendantes de nous. Ça roule même si on n’est pas là ». 

Le couple n’est pas peu fier de sa réussite. Jody parle d’adopter une cause qui leur tient à cœur, comme la protection des forêts au Canada. Qui sait ce que la suite réserve à ces entrepreneurs de cœur ? On leur souhaite beaucoup de bonheur, du succès dans leurs amours et dans leurs affaires.

HenkelMedia.com

À propos de l'auteur(e)

Isabelle Naessens

À propos de Isabelle Naessens

Rédactrice, analyste, critique, Isabelle Naessens est une femme réfléchie, engagée et versatile qui a œuvré en relations internationales avant de se tourner vers la communication. Stratège relationnelle créative, elle se joint à l’équipe de Henkel Média en tant que rédactrice principale et créatrice de contenus.