Technologies Ecofixe et Loop Mission, des entreprises d’impact

Séries: Écoentrepreneuriat

26 octobre 2021

Evol a élargi son mandat afin de soutenir les entreprises diversifiées et inclusives qui génèrent des impacts positifs. L’organisation finance ainsi les entreprises d’impact, celles qui font avancer la transition écologique et sociale dans leur domaine d’activité. Nous nous sommes entretenus avec les dirigeantes de deux d’entre elles, Technologies Ecofixe et LOOP Mission, pour mieux comprendre leur vision.

Un business de coeur

Technologies Ecofixe et Loop Mission sont des entreprises familiales qui sont mues par les grandes idées de leurs fondateurs, gravées au cœur de leur raison d’être. De culture familiale à culture d’entreprise, la transmission de valeurs authentiques fait la grande force de ce modèle. « Mon père a travaillé dans le domaine des eaux usées pendant près de 20 ans, raconte Marisol Labrecque. Il a été témoin des problématiques qui allaient affecter les étangs aérés dans les années à venir. Il nous en parlait à la maison et on a grandi avec ce souci de protéger notre environnement. Il avait ce grand espoir qu’il était possible de créer une entreprise qui serait à la fois bonne pour la société tout en étant rentable. Technologies Ecofixe, on l’a imaginée et fondée ensemble ».

Julie Poitras-Saulnier caressait, elle aussi, un grand rêve, mais elle avait besoin d’être épaulée pour le réaliser. « Un jour, dans une grande roue, j’ai rencontré celui qui allait devenir mon conjoint et partenaire en affaires, David Côté. Il était aussi passionné que moi de développement durable, et il était déjà entrepreneur. Il avait cofondé Crudessence et Rise Kombucha ». Une autre heureuse coïncidence allait sceller le sort de l’entreprise. Le vice-président de Courchesne Larose, le plus grand distributeur de fruits et légumes et aujourd’hui troisième cofondateur de LOOP, soucieux de l’impact de son entreprise, les a contactés : « il nous a confié la quantité de ce qu’il était obligé de jeter, raconte Julie. On était tous les trois interpellés par l’importance de réduire le gaspillage alimentaire. Ce n’est pas pour rien qu’on s’appelle LOOP Mission».

HenkelMedia.com

Un besoin dans le marché

Dans l’industrie alimentaire, comme dans d’autres secteurs d’ailleurs, les entreprises doivent payer pour se débarrasser de leurs matières résiduelles : 100 $ la tonne dans les sites d’enfouissement. Au pays, c’est plus de la moitié des fruits et légumes qui sont jetés. L’économie circulaire prend donc tout son sens. « Il y a de la valeur dans la perte ! annonce Julie. On sauve les fruits et légumes en les transofrmant de multiples façons, et on revalorise même la pulpe résiduelle ». Évidemment, LOOP a dû apprendre comment faire, puis tester et mettre en marché. « À part ajuster nos étiquettes et nos recettes pour plaire à plus de papilles, on n’a pas eu besoin de faire de l’éducation auprès des consommateurs. Au contraire, ils n’attendaient que ça, lance Julie, ravie. Aujourd’hui, on a plus de 3000 points de vente à travers le pays incluant les grandes chaînes comme Sobey’s, IGA et Métro ».

HenkelMedia.com

Quant au traitement des eaux usées, il faut savoir que le Québec est en train d’atteindre la capacité maximale, c’est-à-dire que les bassins ont atteint leur limite de débit par rapport à la population. Les municipalités n’ont plus la capacité de croître ; elles ne peuvent plus construire de rues pour de nouvelles habitations, par exemple. Et c’est la même chose pour les compagnies industrielles. La mission de Technologies Ecofixe est d’optimiser et de donner une deuxième vie aux installations existantes sans avoir à changer ou à agrandir les infrastructures existantes, tout en minimisant l’empreinte au sol.

Expertise et impact

Technologies Ecofixe a développé une solution écologique sans produit chimique et avec un équipement moins énergivore. « En plus des limites actuelles des étangs aérés, le traitement des eaux usées, tel qu’il est conçu aujourd’hui, correspond à 25 ou 30 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) des municipalités ; c’est leur deuxième activité la plus polluante », se désole Marisol. En collaboration avec les centres de recherche du Québec, elle est parvenue à développer des solutions qui augmentent la capacité de traitement de 20 à 60 % en submergeant dans les bassins actuels des modules qui utilisent la biomasse (bactéries naturelles). Ceci permet de traiter une charge organique plus grande et d’allonger la durée de vie des bassins existants, de 10 à 15 ans de plus.

Du côté de LOOP, c’est la logistique des aliments rejetés qui est devenue leur expertise. «Évidemment, il y a beaucoup de variations dans notre matière première, explique Julie. Avec les petits fournisseurs, c’est correct d’apporter des produits différents, selon ce que l’on reçoit. On peut recevoir des tonnes de raisins une semaine, et une autre ce sera des ananas. On ne sait pas d’avance. Mais avec les grandes chaînes, je ne peux pas jouer avec ça ». LOOP adapte constamment sa production. 

Julie a aussi dû trouver de nouvelles stratégies. « Afin de sauver encore plus de fruits et légumes, nous avons décidé de les transformer différemment et d’agir comme intermédiaire. Mes fraises mûres sont réduites en poudre ou en purée pasteurisée avec une longue durée de vie, utilisable par d’autres entreprises ». Avec 20 000 tonnes de surplus annuellement et des manufacturiers qui ont besoin de matières premières parfaitement imparfaites, la branche Loop Synergies est née.

HenkelMedia.com
HenkelMedia.com

Perspectives: croissance assurée

Pour les deux compagnies, l’avenir est brillant. Pour Ecofixe, le potentiel de croissance est énorme. L’entreprise vient d’ailleurs de recevoir le label de la Fondation Solar Impulse, qui soutient mille solutions propres, rentables et efficaces qui contribuent à ce que l’écologie devienne le moteur de l’économie.

Quant à LOOP, qui au départ, ne faisait que des jus pressés à froid avec des fruits parfaitement imparfaits, elle s’est développée de façon fulgurante en gardant en tête sa mission première. Les jus sont devenus son produit phare, puis LOOP s’est développée et compte maintenant 33 produits différents et vient d’acquérir une nouvelle usine. Et elle continue de pousser plus loin l’économie circulaire avec des bières à partir de pains de la veille, un gin avec des retailles de patates, et même des savons à partir d’huile de cuisson recyclée d’une chaîne vegan.

Julie reçoit des demandes pour répliquer son modèle partout dans le monde. « On commence nos premières exportations vers les États-Unis et on parle de développer des partenaires en Europe et jusqu’en Australie », s’exclame avec bonheur celle qui vient de devenir jeune maman et qui voit sa mission se réaliser sur la planète, heureuse de pouvoir inspirer le changement.

À propos de l'auteur(e)

Isabelle Naessens

À propos de Isabelle Naessens

Rédactrice, analyste, critique, Isabelle Naessens est une femme réfléchie, engagée et versatile qui a œuvré en relations internationales avant de se tourner vers la communication. Stratège relationnelle créative, elle se joint à l’équipe de DanieleHenkel.tv en tant que rédactrice principale et créatrice de contenus.