Se développer en tant que leader humain dans un monde complexe

Jean-François Cyr

24 septembre 2021

« À une époque où le monde est en crise et de plus en plus divisé, il est possible de sentir en soi, et à l’extérieur de soi, un climat de méfiance à propos d’une menace qui est identifiée ou non. Par conséquent, il est facile de se fermer à la différence. Le leadership doit être plus inclusif, plus humain, plus ouvert sur la différence. En ce sens, le programme de certification en leadership inclusif et participatif tombe à point. »

Ce sont les propos de Maïna Albert, cofondatrice chez LeadershipVertical™, psychosociologue, facilitatrice et coach en développement intégral. 

HenkelMedia.com

À titre de formatrice, Mme Albert a participé à la première des dix semaines incluses dans le Programme de certification en leadership inclusif et participatif, proposé par Infopresse, en collaboration avec DanieleHenkel.tv. Cette première formation s’appelle Conscience, cohérence et leadership: se développer en tant que leader dans la complexité. Maïna Albert sera également formatrice pour une autre cohorte prévue de janvier 2021 à avril 2022.

« Le leadership plus humain et plus inclusif passe par une forme d’humilité et de bienveillance par rapport à soi et par rapport à l’autre. Après une dizaine d’années à intervenir dans différents milieux et contextes organisationnels auprès de différentes personnes, je constate qu’il manque terriblement d’ouverture et de bienveillance. »

Il est possible, voire souhaitable, que les entreprises fonctionnent en autorité partagée et développent leur intelligence collective. Un(e) leader, selon Mme Albert, est une personne apte à mobiliser d’autres individus ou équipes vers l’atteinte des objectifs d’une entreprise ou d’une organisation.

Un(e) bon(ne) leader(e) doit guider, influencer et inspirer. Cela dit, cette capacité à bien diriger les membres d’une équipe est rarement innée. Elle est intimement liée à la maturité croissante acquise avec le temps. Un(e) leader efficace doit être conscient(e) de ses responsabilités tout comme il doit apprendre des autres leaders.

« On observe dans les milieux organisationnels, que ce soit dans les PME ou dans les grandes compagnies, que les personnes en position de pouvoir peuvent vivre de la solitude. Elles doivent garder le fort, maintenir une façade, démontrer de la crédibilité, être une référence… Elles ont une grande responsabilité en plus de la charge opérationnelle quotidienne. Quand ces dirigeants arrivent dans un espace où ils peuvent enfin partager sur ces enjeux, sans défi de performance, ça permet [de souffler]. En plus, elles peuvent y être vues, entendues et comprises par d’autres. Ils peuvent échanger, sans pression et sans jugement, quant à leurs expériences. »

La prochaine cohorte aura lieu du 28 janvier au 22 avril 2022. Quelques places sont encore disponibles.

HenkelMedia.com

À propos de l'auteur(e)

À propos de Jean-François Cyr