Pour réussir votre demande de financement, évitez ces 5 erreurs courantes

Séries: Financer le changement

Isabelle Naessens

15 novembre 2023

7 minutes

Trouver du financement pour votre entreprise, c’est le nerf de la guerre! Impossible de faire avancer la machine autrement : que vous soyez en démarrage ou en croissance, il faut apporter de l’eau au moulin. Nous avons donc parlé avec Marianne Auclair, directrice régionale de l’Estrie pour Evol, et Juliette Kehr, analyste financière, afin de savoir comment maximiser vos chances d’obtenir votre financement. Voici les cinq erreurs à ne pas commettre si vous voulez que tout se passe comme sur des roulettes!

HenkelMedia.com
Attendre trop tard : ce n'est pas quand vous n'avez plus d'argent qu'il faut déposer une demande de financement!

1. Attendre trop tard

Ce n’est pas quand vous avez urgemment besoin d’argent que vous déposez une demande de financement! Une fois que vous êtes à court de liquidités et incapable d’honorer vos paiements et les dépenses encourues, c’est qu’il est déjà trop tard, vous êtes au pied du mur. « Il s’agit alors d’une situation de redressement, plutôt que d’investissement, précise Juliette Kehr. Nous ne sommes simplement pas l’organisme de référence dans ce cas-là ». Cette situation n’est pas un bon signe pour les investisseurs, car cela veut dire que vous n’avez pas bien planifié vos besoins.

Une démarche de financement en bonne et due forme prend du temps. « Une fois passée la pré-qualification du dossier, on le passe à l’analyste qui évalue la conformité selon plusieurs critères quantitatifs et qualificatifs, et autorise une pré-approbation de crédit ; puis on présente le dossier à un comité de financement, et il y a une partie juridique pour le décaissement et la mise en application des garanties », explique madame Kehr. 

Le processus implique en effet plusieurs acteurs. Il faut savoir qu’Evol prête souvent en partenariat avec d’autres institutions financières, partageant les risques du dossier. Or, chacune a des modalités de financement particulières et des processus internes qui vont à leur propre vitesse. Comptez un minimum de 4 à 6 semaines avec un dossier bien préparé, et jusqu’à quelques mois lorsque les choses requièrent plus d’attention. Prévoyez donc suffisamment de temps et un budget prévisionnel lorsque vous effectuez une demande de financement. 

2. Arriver mal préparé

Offrir une vision claire de son entreprise et une structure financière solide donne une indication fort utile sur la façon dont vont rouler les liquidités financières une fois qu’elles seront débloquées. Et qui dit structure financière solide, dit arriver avec un plan d’affaires détaillé et des prévisions financières sur au moins deux ans. Votre comptabilité doit être à jour, avec les derniers états financiers. « Mieux vaut arriver préparé pour éviter les surprises et les délais supplémentaires de va-et-vient pour les papiers! », confirme l’analyste. Votre dossier est garant de votre sérieux.

Évidemment, ce ne sont pas tous les entrepreneurs qui sont habiles avec les chiffres! Si vous avez besoin d’aide pour mettre votre projet sur papier et établir votre plan d’affaires, Projet A est une plateforme numérique simple et accessible offerte par Evol et ses partenaires (EEQ Entreprendre Ici, Microcrédit Montréal et HEC Montréal) pour vous guider à travers les différentes étapes de rédaction. Previsio, un outil gratuit mis sur pied par l’École des Entrepreneurs du Québec, peut aussi vous aider dans l’évaluation de vos scénarios de prévisions financières. 

HenkelMedia.com
Arriver mal préparé : mieux vaut avoir tout en main pour éviter les délais supplémentaires !

« Quand on regarde un dossier, au-delà des chiffres qui sont des indices de viabilité et de rentabilité, on cherche le POURQUOI : qui est ce.tte entrepreneur.e? Quel est son projet? Vers où veut-il ou elle aller?, précise Marianne Auclair. On regarde l’historique, l’entourage, le modèle d’affaires au complet. » Se préparer, c’est aussi ça : avoir un projet bien défini, un dossier structuré et complet, mais aussi cohérent. Il faut avoir réfléchi et pouvoir argumenter toutes les facettes de sa pertinence : état du marché, concurrence, valeur ajoutée et impacts (lesquels sont essentiels dans le cadre du financement avec Evol). Il y a aussi tout un volet personnel : vos valeurs, vos engagements, la solidité de vos équipes, la force de votre réseau, la connaissance de vos partenaires. Evol propose d’ailleurs un parcours d’accompagnement sur mesure tout au long du financement pour consolider votre modèle d’affaire sur 360 degrés.

HenkelMedia.com
Négliger ses finances personnelles : le bilan personnel est relié au projet d'affaires.

3. Négliger ses finances personnelles

« C’est encore tabou de parler des mauvaises notes qui entachent les dossiers de crédit, mais le bilan personnel est relié au projet d’affaires, explique la directrice. Montrer patte blanche et prouver par l’exemple qu’on sait gérer ses finances démontre une éducation financière, une compréhension, une capacité de bien gérer ses affaires ». Une saine gestion financière personnelle est gage de succès aux yeux des investisseurs. « Si votre dossier est entaché par des erreurs de parcours, sachez les expliquer. »

« Beaucoup d’entrepreneurs en démarrage ont une mise de fonds personnelle très importante dans leur projet d’affaires. Il est vrai que cela montre qu’ils croient en leur projet. Mais on ne peut pas toujours tout injecter au départ, il faut savoir équilibrer et prévoir pour la suite, en phase de croissance. Chez Evol, une mise de fonds ou un transfert d’actifs de l’entrepreneur est demandé et la capacité de réinjection est analysée. »

Il faut montrer que votre montage financier est bien ficelé, que le calcul de votre besoin de financement est précis, et surtout bien équilibré et réparti entre plusieurs sources.

4. Cacher certaines informations

« Il y a toutes sortes de cas de figure, confie madame Kehr. Il est possible que ça ne soit pas volontaire. Il y a des situations dans lesquelles on décèle rapidement des réalités déformées. Quelqu’un par exemple, qui vient nous voir avec un besoin de liquidités en se disant en hypercroissance, mais nous réalisons qu’il est en déficit depuis plusieurs années. L’entrepreneuriat est un petit milieu, et nous avons plusieurs moyens de savoir, dont celui de rouler le plumitif. »

Mieux vaut mettre cartes sur table dès le départ afin de partir du bon pied! C’est une question de confiance dans la relation entre le prêteur et l’emprunteur. N’oubliez pas, le financier est un de vos partenaires d’affaires de premier plan et vous établissez une vraie relation humaine avec lui. La transparence est donc de mise. Une communication ouverte et honnête sur votre situation financière favorise la confiance : divulguez vos dettes, sachez expliquer une mauvaise cote de crédit, partagez vos sources de financement et vos objectifs financiers à court, moyen et long terme. Ce faisant, le prêteur sera en mesure d’adapter ses options de prêt à vos besoins réels. La confiance peut atténuer les risques et générer de meilleures conditions de prêt lorsque que l’emprunteur est fiable et responsable. « En effet, je peux demander davantage de garanties si je perçois que les risques sont plus grands » confirme madame Kehr. 

HenkelMedia.com
Cacher certaines informations : mieux vaut dire la vérité en partant!
HenkelMedia.com
Avoir une fixation sur le taux d'intérêt: il y a d'autres facteurs qui comptent!

5. Avoir une fixation sur le taux d’intérêt!

Magasiner le taux d’intérêt le plus bas, c’est comme avoir l’impression d’avoir fait un deal avec son taux d’hypothèque! En fait, ce n’est pas tout à fait ça. « Le taux d’intérêt est un élément parmi tant d’autres dans le financement aux entreprises, spécifie madame Auclair. On ne peut pas se limiter qu’au taux, car il y a plusieurs produits financiers sur le marché, et des modalités différentes qui sont tout aussi importantes à considérer :

  • Le terme, l’amortissement
  • La possibilité de moratoire (chez Evol en particulier, nous considérons les congés de parentalité ou pour l’adoption)
  • La flexibilité (taux fixe ou variable)
  • Les garanties
  • La possibilité de remboursement par anticipation
  • Les frais annuels, les frais au décaissement, etc.!

 

Alors allez-y, élargissez vos horizons, soyez au fait de toutes les possibilités, prenez-vous d’avance et bâtissez votre plan d’avenir, votre entreprise n’en sera que plus solide!

Vous avez aimé cet article ? Ajoutez-le à vos favoris !

À propos de l'auteur(e)

Isabelle Naessens

À propos de Isabelle Naessens

Rédactrice, analyste, critique, Isabelle Naessens est une femme réfléchie, engagée et versatile qui a œuvré en relations internationales avant de se tourner vers la communication. Stratège relationnelle créative, elle se joint à l’équipe de Henkel Média en tant que rédactrice principale et créatrice de contenus.