Pour ne pas être rouge comme un homard, enfile ton Krabéo !

Isabelle Naessens

2 mai 2023

6 minutes

En mai, fais ce qu’il te plaît! Vite, camisoles et jupettes: il faut exorciser sa blancheur hivernale! Effet bonne mine instantané, le soleil du printemps redonne la pêche, shoote de la vitamine D, des endorphines et de la sérotonine, l’hormone du bonheur. Pourquoi alors prendre autant de pincettes quand vient le temps de s’exposer le bout du nez?

Marie-Ève Richard, elle, les prend toutes, les pincettes. Les plus petites, comme les plus grosses… Il faut dire qu’elle en connaît tout un rayon. Et le plus chaud d’ailleurs : cancer de la peau à 24 ans, avec une récidive à 39. L’étiquette qui lui a collé à la peau et de laquelle elle a tenté de se défaire, lui a valu un retournement de carrière et une prise de position convaincante. L’entrepreneure lance un documentaire sur le sujet, ainsi que Krabéo, des maillots de bain et vêtements écoresponsables certifiés UPF50+. On a parlé avec celle qui veut devenir la leader de la protection solaire au Québec.

HenkelMedia.com
Marie-Ève Richard, fondatrice de Krabéo

Une histoire de krabe

Une retraite de surf au Costa Rica, anyone? Claro que si! Mais pour Marie-Ève, rien de moins évident. La jeune maman venait de subir une opération chirurgicale, une fois encore, et le risque d’infection ou de phlébite à cause de l’altitude était réel, sans parler du traître soleil. Mais il y a de ces voyages qui deviennent initiatiques et que l’on ne peut pas refuser. Celui-ci en était un, et Marie-Ève l’avait senti.

« Pas question que je m’expose, a-t-elle tranché sans une once de doute dans la voix. Je me suis mise à chercher des maillots partout. Il n’y avait rien sur le marché et c’était souvent peu avantageux pour la silhouette! J’en ai commandé des tonnes en ligne. J’ai encore la boîte: elle est pleine à ras bord! Pas moyen d’avoir le bon fit, la bonne grandeur, ou d’être certaine de la qualité du produit face aux rayons UV. Finalement, j’ai opté pour un chandail de pêche avec un logo de poisson dessus. Je flottais dedans! »

Aux grands remèdes, les grands moyens. Cette évasion allait lui faire le plus grand bien. Alors qu’elle avait cru avoir mis le cancer derrière elle seize ans auparavant, elle venait de revivre l’enfer. Pas question d’une autre récidive.

Le temps était à l’introspection, au calme, et à recouvrer la santé physique et mentale. Au détour d’une promenade solitaire sur la plage, Marie-Ève découvre un petit crabe rose au milieu d’une nuée de congénères noirs. « J’étais attirée par lui, il flashait! Je me suis penchée, je l’ai ramassé. Il était vide! C’était juste sa carapace. Mais elle était entière, avec les yeux même! »

Ce petit crabe rose, c’est le trésor précieux de Marie-Ève, comme un enfant garde un caillou en forme de cœur dans une boîte ou sous son oreiller. Alors bien sûr, elle l’a ramené dans ses bagages. « Le crabe, il est comme moi. Il porte sa carapace comme je dois faire pour me protéger du soleil. Je suis convaincue qu’il était là pour moi. En plus, je suis cancer, c’est le signe du crabe. Quel nom de signe plate quand même! » – Savais-tu que le mot cancer tire son origine du mot latin homonyme qui signifie crabe ? C’est Hippocrate qui avait comparé le cancer à un crabe par analogie à l’aspect des tumeurs du sein avec cet animal lorsqu’elles s’étendent à la peau – Il n’y a pas de hasard dit-on… 

HenkelMedia.com

Un maillot qui protège vraiment du soleil

De retour au Québec, Marie-Ève s’est sentie investie d’une mission : « Mon anxiété est devenue ma motivation. Je voulais lancer ma propre gamme de maillots de bain et de vêtements qui protègeraient des UV et qui seraient jolis, dans lesquels je serais bien, et toutes ces autres femmes aussi. Après tout, mes prochains étés seraient faits ainsi dorénavant. Pourquoi troquer sa féminité en plus ? Krabéo donne un sens à ce que j’ai vécu.»

HenkelMedia.com

Marie-Ève est partie de zéro. « Je n’avais jamais fait ça de ma vie! lance-t-elle en riant. La confection de vêtements, le design, le commerce de détail, les inventaires, le marketing, la vente, etc. »

Elle s’est mise à faire des recherches, afin de trouver un tissu qui, une fois mouillé, ne laisserait passer aucun rayon. « C’est épeurant les étiquettes qui disent protéger du soleil, mais on étire le maillot et on voit à travers! » Finalement, elle se tourne vers l’éconyl, ce matériau fait à partir de filets repêchés au fond des océans, et qui, recyclé avec de l’élasthanne, produit un minimum de gaz à effet de serre dans sa transformation et est très doux.

« Je veux des produits faits au Québec, écoresponsables et de qualité, sans produits toxiques pour la planète, et pour la peau. J’ai besoin du sceau de confiance, de savoir que je suis entièrement protégée toute la journée ». La jeune entrepreneure n’a pas lésiné sur les moyens et est même allée en laboratoire textile afin d’obtenir la certification UPF50+ qui bloque 98% des UVA et des UVB.

Conscientiser une personne à la fois

Les UVB endommagent les couches externes de la peau, pensez aux coups de soleil. Ce sont les UVA qui pénètrent le plus profondément : ils sont responsables des tâches pigmentaires, du vieillissement, des rides et des cancers de la peau. Marie-Ève est une source intarissable d’information sur le sujet : « il y a 80 000 cancers de la peau chaque année au Québec, dont 5000 mélanomes, la forme la plus mortelle. Et il y en a autant dans les pays chauds! 

Chaque coup de soleil est en fait un mécanisme de défense. Le capital solaire des enfants n’est pas le même que celui des adultes. L’accumulation des coups de soleil change notre ADN. C’est ça le problème! 

Le manque de ressources et de connaissances face au mélanome et au cancer de la peau est choquant. Il faut sensibiliser la population sur la bonne façon de se protéger du soleil. Ce sont nos habitudes de vie qu’il faut changer. Le cancer de la peau est évitable! »

Marie-Ève est devenue une référence en la matière. Et elle veut vraiment faire une réelle différence. Elle a cogné à toutes les portes. Jusqu’à Paris, auprès de la Commission internationale sur l’ozone. Elle lance donc le 29 mai, en collaboration avec la coalition Priorité Cancer, le documentaire Doc.UV sur la prévention du cancer de la peau. Et Krabéo ouvre officiellement ses portes le 3 mai!  

À propos de l'auteur(e)

Isabelle Naessens

À propos de Isabelle Naessens

Rédactrice, analyste, critique, Isabelle Naessens est une femme réfléchie, engagée et versatile qui a œuvré en relations internationales avant de se tourner vers la communication. Stratège relationnelle créative, elle se joint à l’équipe de Henkel Média en tant que rédactrice principale et créatrice de contenus.