Les états financiers, votre nouveau meilleur ami en affaires

Séries: Financer le changement

Isabelle Naessens

28 mars 2024

7 minutes

Vous êtes passionné par votre projet, vous n’en dormez plus la nuit et vous n’avez qu’une envie : développer votre produit ou votre service et le mettre sur le marché. Mais voilà, qui dit commercialisation, dit accès aux capitaux et recherche de financement. Il est temps de parler affaires! Il va falloir montrer que votre idée est économiquement viable, et qu’elle est rentable. 

Pour tous ceux qui carburent à l’innovation mais qui ont des sueurs froides à l’idée de jongler avec leurs chiffres, Evol a démystifié le sujet des états financiers, preuve concrète et incontournable à déposer auprès de vos investisseurs. Samuel Germain, analyste, et Mélanie Marin, directrice régionale de la Gaspésie et Les Îles-de-la-Madeleine, vous aident à mieux comprendre vos états financiers, et peut-être même à les voir enfin comme un de vos meilleurs alliés en affaires! 

HenkelMedia.com
Samuel Germain, analyste financier chez Evol

La base de toute chose

On connaît tous les histoires d’horreur d’entrepreneurs à succès qui ont fini par faire de cuisantes faillites… des entreprises à l’avenir pourtant si prometteur! Au cours des dernières années, ils ont d’ailleurs été plus nombreux à prendre la parole publiquement afin de parler de leur «échec». Parmi ceux-ci, certains ont été clairs sur l’apprentissage qu’ils ont fait et sur l’importance d’avoir une meilleure connaissance de leur situation financière.

Malheureusement, nombreux sont les entrepreneurs à ne pas porter attention à leur situation financière. «C’est pourtant la base essentielle à la croissance de leur entreprise, explique Samuel. Avoir une saine gestion de ses opérations et bien comprendre la base, le macro, c’est fondamental. » Nul besoin d’exceller : on peut s’entourer selon les champs d’expertise de chacun, mais il faut avoir un minimum de compréhension pour pouvoir naviguer, avec un esprit lucide, aux côtés de son comptable ou de ses partenaires financiers. Celui qui mène la barque doit savoir où il va. » 

« On n’exige pas des entrepreneurs qu’ils comprennent tout le jargon financier, mais qu’ils aient les deux mains sur leur volant, renchérit Mélanie. Le fait de comprendre et de suivre attentivement ses états financiers fait une différence marquée! » Elle souligne également que lorsqu’elle ne reçoit plus de nouvelles de ses clients ni d’états financiers sur une base régulière, c’est parfois annonciateur de mauvaises nouvelles.  

« Les états financiers sont comme le tableau de bord d’une voiture, illustre l’analyste. Si tu ne sais pas si tu as assez d’essence (ou d’autonomie de batterie), ni à quelle vitesse tu roules, ou quelle sortie prendre, que tu n’as pas de miroir, alors il y a évidemment un plus grand risque de faire un accident, une sortie de route, en d’autres mots, une faillite. »

Les états financiers : à quoi ça sert?

On l’a dit, l’entrepreneur doit être capable d’intégrer des notions financières ou comptables a minima s’il veut pouvoir constater ses résultats, établir des tendances, lire les signaux, aller chercher des informations utiles, prendre des décisions éclairées, se comparer d’une période à une autre, et même anticiper les imprévus et pouvoir saisir toutes les opportunités qui se présentent sur sa route. C’est son tableau de bord.

C’est aussi une question de crédibilité auprès des investisseurs et des partenaires financiers. Un entrepreneur qui maîtrise ses chiffres sera assurément plus crédible et inspirera davantage confiance à ses bailleurs de fonds. En plus de démontrer le sérieux de l’entrepreneur,  les états financiers attestent de sa capacité (ou non) à lever du capital additionnel pour mener un projet à bien.

 

HenkelMedia.com
Les états financiers, votre tableau de bord
HenkelMedia.com
Mélanie Marin, directrice régionale de la Gaspésie et Les Iles-de-la-Madeleine, Evol

Les états financiers sont indissociables de l’évaluation de la rentabilité et de l’interprétation des risques que fait le prêteur. « Ils nous guident. Ils allument des lumières rouges parfois, ce qui nous permet d’identifier les enjeux à travailler, et c’est parfait ainsi, rassure Mélanie. Souvent, les entrepreneurs sont gênés ou mal à l’aise. Mais la transparence dans leurs affaires est justement ce qui nous permet de mieux les accompagner, de façon humaine et personnalisée. 

Par exemple, certains sous-estiment leurs besoins financiers et se retrouvent avec de mauvaises surprises, alors on fait le travail inverse et on retourne à la base pour établir le bon taux horaire selon le potentiel d’heures facturables. Pour d’autres, les attentes sont trop élevées par rapport à la dynamique du marché, ou les charges n’ont pas toutes été réfléchies et incluses. On ne veut pas « péter la balloune » de personne, au contraire! Poser les bonnes questions permet à l’entrepreneur de prendre lui-même conscience de toutes les dynamiques et de pouvoir réaliser son rêve de manière viable. Quelles actions peux-tu entreprendre pour arriver à ton objectif d’ici 3, 4 ou 5 ans? Nous sommes en mesure de proposer les meilleures solutions pour chacun en fonction de son modèle d’affaires, de son secteur, de son stade de développement, de ses réalités. Chaque parcours est différent. »

Voici les trois éléments que les prêteurs regardent toujours:

Les liquidités et les flux de trésorerie : Est-ce que l’entreprise possède suffisamment de liquidité pour assurer la saine gestion à court terme de ses opérations? Est-elle capable de payer ses employés, ses fournisseurs, l’ensemble de ses charges de fonctionnement, en attendant d’être payée par ses clients? On dit souvent « cash flow is king! » 

La capacité à couvrir les dettes : est-ce que les marges de bénéfices sont suffisantes pour couvrir les dettes? Est-ce que l’entreprise dégage suffisamment de profit pour honorer ses engagements envers ses créanciers?

L’effet de levier : Quelle est le rapport entre les dettes et l’équité réelle de l’organisation? L’entreprise a-t-elle la capacité de lever des sommes supplémentaires en cas de besoin ? Sa capitalisation est-elle intéressante ?

 

Comprendre enfin ses états financiers!

« Même si on ne voit plus de boîtes à chaussures remplies de factures pêle-mêle lors de nos visites en entreprises et que la plupart s’appuient sur une tierce personne pour faire la tenue de livre et produire des états financiers,  il importe de bien comprendre et de bien suivre le tout. » mentionne Mélanie.

Les états financiers incluent le bilan comptable et l’état des résultats. Le premier permet un regard sur les actifs et les passifs, ainsi que sur les avoirs du propriétaire (ses capitaux propres). Le second observe les revenus (ventes) et les dépenses, pour connaître le bénéfice net. Ils sont un portrait global de l’état de la situation financière de l’entreprise. 

Les états financiers peuvent comprendre également un troisième document : l’état des flux de trésorerie, dans lequel on retrouve les flux monétaires attribuables aux trois activités clés de l’entreprise durant un exercice donné (généralement une année). On y trouve les mouvements de trésorerie associées (1) aux activités d’opérations, (2) aux activités de financement, et (3) aux activités d’investissement. 

HenkelMedia.com
Les états financiers incluent le bilan comptable et l’état des résultats, et éventuellement aussi, les flux de trésorerie.

Afin d’aider les entrepreneurs à y voir plus clair et à enfin comprendre le jargon financier, Evol a développé, en collaboration avec l’École des entrepreneurs du Québec, une série de capsules de formation sur le sujet. « La gestion financière, votre alliée »  mis en ligne sur le site d’Evol comporte plusieurs capsules éducatives regroupées en 4 modules d’environ 45 minutes chacun. 

« Dans tous les cas, il n’y a pas de formule magique. Il faut être assidu, rigoureux et avoir une discipline budgétaire! Valider les chiffres de façon ponctuelle est essentiel. Une fois par an n’est pas suffisant. Certains les regardent toutes les semaines. En règle générale, constater ses résultats mensuellement ou trimestriellement éclaire suffisamment bien. » 

Démystifier les états financiers et comprendre la base de la littératie financière, c’est aussi vous rendre plus confiant dans la manière dont vous dirigez votre entreprise vers la croissance. Car les états financiers sont, après tout, la vitrine de vos rêves à réaliser.

Vous avez aimé cet article ? Ajoutez-le à vos favoris !

À propos de l'auteur(e)

Isabelle Naessens

À propos de Isabelle Naessens

Rédactrice, analyste, critique, Isabelle Naessens est une femme réfléchie, engagée et versatile qui a œuvré en relations internationales avant de se tourner vers la communication. Stratège relationnelle créative, elle se joint à l’équipe de Henkel Média en tant que rédactrice principale et créatrice de contenus.