Le financement des entreprises à impact, au-delà de l’image

Isabelle Naessens

13 février 2024

7 minutes

Diversité, inclusion, écoresponsabilité et impact sont des concepts qui ont la cote aujourd’hui dans le monde des affaires, et c’est tant mieux! On veut des entreprises qui ont à cœur les effets environnementaux et sociétaux reliés à leurs activités. Mais comment ne pas tomber dans le panneau du greenwashing (écoblanchiment), ou son homologue, le impact washing? Faudrait-il se méfier? Et comment soutenir ceux qui veulent vraiment améliorer la planète et notre société? 

Le financement d’impact n’est pas simple. Véronique Dargis, directrice du rayonnement des affaires chez Evol, et Chantal Thieblin Goffroz, directrice financement d’impact et développement durable, sont fières de ce que leur organisation est parvenue à mettre en place en deux ans afin de pouvoir soutenir les entreprises qui agissent pour l’intérêt commun. Pour que l’entrepreneuriat d’ici soit un modèle représentatif de la société québécoise et ouvert sur le monde.

HenkelMedia.com
Véronique Dargis, directrice du rayonnement des affaires chez Evol

Evol, au service de la diversité pour un entrepreneuriat inclusif

« Evol existe pour les entrepreneur·es, affirme résolument Véronique, la directrice du rayonnement des affaires. Nous ne suivons pas une tendance, c’est ancré solidement dans notre raison d’être. Nous voulons soutenir la clientèle sous-représentée en entrepreneuriat et être là pour répondre à ses besoins afin qu’elle puisse se développer et briller; ça a toujours été ainsi, depuis le jour 1 ». Femmessor (qui a précédé Evol) a œuvré pour les femmes en entrepreneuriat pendant plus de 25 ans. À l’époque, rien n’était gagné, mais le travail a porté fruit et l’entrepreneuriat féminin a pris du galon. Il y a dorénavant plus de femmes que d’hommes qui se lancent dans les affaires : 65 % des nouveaux·velles propriétaires de PME sont des femmes selon l’indice entrepreneurial québécois. C’est un grand pas en avant et Evol poursuit ses efforts!

La société évoluant, l’organisation a continué de se développer, devenant Evol en 2021, avec la même aspiration de transformer l’économie en vue de la rendre plus inclusive et plus équitable, mais aussi plus durable. « On voulait actualiser notre raison d’être pour refléter la pluralité des visages qui composent la société québécoise et les inquiétudes environnementales de plus en plus présentes. La diversité, l’inclusion, l’impact… Tout reste à bâtir. Evol est porteuse d’espoir pour un monde meilleur ».

Soutenir des projets d’impact 

En lançant une toute nouvelle enveloppe de financement d’impact en 2021, Evol a fait le choix de soutenir plus spécifiquement des entreprises qui avaient une intention de générer des impacts positifs alignés sur les 17 objectifs de développement durable de l’ONU (ODD). Il s’agissait d’ailleurs de la toute première initiative en financement accompagné qui combine une mission d’équité et une vision d’impact.

Pour porter son message, Evol s’est entouré d’entrepreneur·es visionnaires et inspirant·es.  «Nous avons l’habitude de travailler en proximité avec les entrepreneurs. Et qui de mieux placé qu’eux pour comprendre leur réalité et les inciter au passage à l’action? C’est dans cette perspective que nous avons alors lancé 1001 raisons, une vaste campagne de communication mettant en lumière 25 leaders d’impact.» La campagne avait pour but de mettre de l’avant des entrepreneurs de tous les horizons et de parler des actions qu’ils avaient mis en place dans leur entreprise respective. Que ce soit pour favoriser l’égalité des chances, soutenir une alimentation saine et responsable, promouvoir l’approvisionnement responsable et durable ou pour révolutionner une industrie afin de la rendre moins polluante, cette campagne aura assurément été une source d’inspiration.

HenkelMedia.com
Les 17 objectifs de développement durable de l'ONU
HenkelMedia.com
Chantal Thieblin Goffoz, directrice financement d'impact et développement durable chez Evol

« Il est vrai que la mise en lumière de modèles et d’exemples concrets est bénéfique. Certaines entreprises font du développement durable et ne le réalisent même pas! sourit Chantal. D’autres aimeraient s’y mettre, mais ne savent pas trop comment s’y prendre. On peut avoir un entrepreneur qui vient vers nous en voulant réduire son emballage plastique, mais l’analyse de ses impacts environnementaux et communautaires fait ressortir que c’est plutôt en réduisant ses intrants que son impact sera plus grand. Notre équipe est là pour accueillir les entrepreneurs, peu importe leur intention d’impact et pour les guider vers ce qui est le plus pertinent pour eux et pour la société. » 

En effet, il y a plusieurs volets à considérer : les impacts peuvent toucher autant les citoyens que les parties prenantes, les employés ou les investisseurs. Cela peut concerner la chaîne d’approvisionnement comme la clientèle. « Nous avons accès à un large réseau de ressources et nous avons une présence régionale qui permet de suggérer des jumelages profitables à tous les niveaux », conclut-elle.

« Notre équipe aux communications a travaillé très fort ces deux dernières années pour bien vulgariser les objectifs de développement durable et pour rendre ce langage plus accessible, confirme Véronique. Mais le vrai travail se réalise sur le terrain, par nos entrepreneurs. » 

Plusieurs ont emboîté le pas. C’est le cas de Christine Renaud qu’on a pu voir dans la campagne 1001 raisons avec son entreprise e180, certifiée B-Corp. Sa plateforme d’apprentissage Braindate est utilisée dans l’événementiel partout dans le monde. C’est aussi le cas de Trivel, une entreprise de la région de Lanaudière qui a pour mission de donner aux personnes de tous âges ayant des besoins spécifiques la possibilité de profiter des avantages de faire du tricycle et de participer pleinement à leur communauté de façon sécuritaire et durable. Et également, de Malterre, une entreprise familiale située au Bas-Saint-Laurent qui produit des craquelins à base de drêche de microbrasserie.

HenkelMedia.com
Christine Renaud, cofondatrice et PDG de e180

Mesurer l’impact : une grille d’analyse quantitative et qualitative

Pour se qualifier pour l’enveloppe de financement d’impact, le projet doit bien sûr être rentable, mais aussi générer des impacts positifs sur la planète et la société. Evol doit donc s’appuyer sur des processus solides afin d’analyser chaque projet et ses répercussions. On parle d’un impact pour le futur. Comment apprécier les éléments qualitatifs? Comment se positionner par rapport à une démarche qui débute, mesurer une intention d’impact? Comment évaluer le degré d’implication dans la communauté ou s’assurer de la gouvernance éthique des affaires? Et surtout, comment pondérer tous ces aspects?

HenkelMedia.com
S'assurer d'une réelle démarche d'impact pour les générations futures

« Nous avons développé notre propre grille ainsi qu’un système d’analyse permettant de pondérer chaque élément et de faire une appréciation globale du niveau d’intégration actuel et futur de développement durable, explique la directrice du financement d’impact et du développement durable. On veut bien sûr éviter les allégations trompeuses ou les prétendus engagements. Nous sommes intransigeants sur cet aspect et c’est quelque chose qu’on a vite fait de déceler. La démarche doit être authentique et se concrétiser dans les 12 mois suivants l’obtention du prêt. En même temps, les entrepreneurs sont encouragés à rester mobilisés et à passer à l’action, à travers leur participation à des cohortes, comme notre parcours de croissance d’impact, ou encore avec des bonifications d’accompagnement et divers incitatifs. Nous calculons aussi l’effort à fournir à court et moyen terme et les bénéfices attendus, car on sait que le retour sur investissement peut être plus long ou plus difficile à mesurer. »

La grille d’analyse d’impact d’Evol est alignée sur l’esprit des 17 objectifs de développement durable fixés par l’ONU. Elle est basée sur deux cadres : le B impact Assessment permettant la certification B Corp (Benefit Corporation) et le guide de développement durable du Bureau de la Normalisation du Québec (BNQ 21000). La grille d’analyse d’impact d’Evol est rattachée au calcul du taux d’intérêt du prêt et révisée tous les ans. Plus la démarche de développement durable de l’entreprise est intégrée aux différentes sphères d’activité de l’entreprise, plus faible sera le taux d’intérêt. « Il s’agit d’un des incitatifs que nous avons mis sur pied à court terme mais nous sommes toujours à l’affût d’opportunités d’innovation et de collaboration pour maximiser notre propre impact dans l’écosystème financier et entrepreneurial» conclut Chantal Thieblin Goffoz.

Vous avez aimé cet article ? Ajoutez-le à vos favoris !

À propos de l'auteur(e)

Isabelle Naessens

À propos de Isabelle Naessens

Rédactrice, analyste, critique, Isabelle Naessens est une femme réfléchie, engagée et versatile qui a œuvré en relations internationales avant de se tourner vers la communication. Stratège relationnelle créative, elle se joint à l’équipe de Henkel Média en tant que rédactrice principale et créatrice de contenus.