Ajouté à vos favoris

Êtes-vous zèbre ?⎢Reconnaître un profil atypique à haut potentiel en entreprise

Isabelle Naessens

14 avril 2023

4 minutes

Ni noir, ni blanc, le zèbre est résolument non conforme. Et pas seulement la bête! L’employé zèbre est celui qui ne fit pas dans la boîte, qui est introverti ou qui déplace de l’air, mais dans tous les cas, qui excelle, qui est en marge, qui questionne, qui touche à tout, qui crée, et qui va vite. Un modèle de performance et d’innovation. Mais c’est aussi celui qui, une fois le tour du bureau accompli, a tôt fait de prendre la poudre d’escampette. Envie de mieux saisir ce collaborateur difficile à gérer mais si souhaitable à garder ? 

Multi potentiel ou complètement zébré ?

On définit comme zèbre, ou même « licorne rose » pour nos voisins du sud toujours plus originaux, la personne surdouée ou à haut potentiel intellectuel (HPI). On en dénombrerait de 2 à 5% dans notre population. Saviez-vous que l’intelligence relèverait d’abord de la génétique, mais aussi de facteurs environnementaux et de la personnalité ?

HenkelMedia.com
Le mode de pensée de la personne zèbre ou HPI est en arborescence, dans plusieurs directions inter-reliées

Mais attention, il n’est pas simplement question d’une intelligence quantitative, avec un QI élevé et une vitesse de traitement de l’information rapide, mais aussi, et surtout, d’une intelligence qualitative, qui s’épanouit autrement, et qui est liée à une grande sensibilité. En effet, le mode de pensée du zèbre n’est pas linéaire ou purement logique; sa pensée est foisonnante, créative, intuitive. Il raisonne différemment et fait des liens dans plusieurs directions à la fois, il est à l’aise dans la complexité. Il détecte rapidement les erreurs et les non-sens. Il a une vision globale et systémique, et il est aisément capable d’analyser des situations compliquées et de synthétiser. Sensible à ce que vit l’humain, il a une perception très fine du non-verbal et des enjeux systémiques.

Les HPI tendraient à être multi potentiels. L’inverse n’est pas forcément vrai. Ceci dit, l’un comme l’autre apprend vite et maîtrise une multitude de tâches facilement. Apprendre sans cesse est un besoin : une fois de nouvelles aptitudes maîtrisées, ils ne sont plus stimulés et sont prêts à passer à autre chose. Trouver sa vocation, chercher un emploi permanent dans une entreprise ou faire carrière toute la vie dans le même domaine? Pas possible! Perspicaces, rapides et performants, se révèlent-ils des atouts extraordinaires au travail?  

Comment travailler avec ce profil atypique?

Il y a ceci dit des bémols à la «douance» du zèbre. Sa personnalité atypique s’accommode souvent mal des cadres établis, des tâches routinières et de l’autorité. Comment faire passer vos idées lorsqu’elles sont constamment passées au crible fin et mises en doute? C’est souvent lui qui trouve la solution à un problème avant tout le monde, qui va pointer la mauvaise décision ou direction, ou trouver là où il y a une possibilité d’innovation. Son besoin de comprendre et de questionner peut être épuisant. Son bouillonnement d’idées peut aussi être difficile à suivre. Son hypersensibilité peut être challengeante, car il est vite heurté. 

Tous ses attributs peuvent devenir des inconvénients quand il s’agit d’intégration dans un fonctionnement hiérarchique ou de tisser des relations entre collègues. Il peut être provocant, disruptif, attiser la jalousie, agacer ou simplement déstabiliser une équipe de travail. Certains se montrent d’une grande timidité, alors que d’autres verbalisent à en donner mal à la tête! On ne travaille pas avec un zèbre de la même manière…

HenkelMedia.com
Créatif, différent, le zèbre sort du cadre!

Les hauts-potentiels peinent souvent à trouver leur place dans un monde très codifié – Mel Poinas, dans son blogue Suivez le Zèbre

Le zèbre se sent lui-même différent, et ce, depuis l’enfance. Outside the box, il est en décalage. Sa forte sensibilité sensorielle à l’environnement, son empathie et hypersensibilité émotionnelle et sa compréhension intuitive des choses créent une discordance avec les autres. Pourtant, il porte un doute permanent de n’être pas à la hauteur, celle des autres, et il essaye, étrangement, de toujours de faire mieux. Incompris, il est souvent victime du syndrome de l’imposteur. Tout ceci peut créer un hiatus avec ses idées visionnaires, et rendre l’expression de son leadership difficile. Son potentiel est formidable, mais pour en tirer un meilleur parti, il vaut mieux le comprendre. 

« Etre surdoué n’est ni une chance insolente, ni une bénédiction des dieux, ni un don privilégié, ni une surintelligence enviable. C’est une personnalité singulière aux multiples ressources intellectuelles et affectives dont le potentiel ne pourra s’inscrire comme une force dans l’ensemble de la personnalité que si et seulement si cette composante est connue, comprise et reconnue » Jeanne Siaud-Facchin, psychologue clinicienne et auteure du best-seller Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué

Vous avez aimé cet article ? Ajoutez-le à vos favoris !

À propos de l'auteur(e)

Isabelle Naessens

À propos de Isabelle Naessens

Rédactrice, analyste, critique, Isabelle Naessens est une femme réfléchie, engagée et versatile qui a œuvré en relations internationales avant de se tourner vers la communication. Stratège relationnelle créative, elle se joint à l’équipe de Henkel Média en tant que rédactrice principale et créatrice de contenus.