Banque Nationale | Pour un soutien plus inclusif

17 Décembre 2021

Lorsque la Banque Nationale a signé les Principes bancaires responsables des Nations Unies en 2019, elle s’est engagée à favoriser le développement d’un système bancaire durable et responsable de diverses manières. Une façon de respecter ses engagements est de former des alliances concrètes. Son partenariat avec l’organisation de développement économique Evol est un exemple probant

HenkelMedia.com
Geneviève Turbide-Potvin, vice-présidente, Solutions transactionnelles & Financement, Entreprises

« Notre entreprise est l’une des premières banques canadiennes ayant adhéré aux Principes bancaires responsables. Certes, c’est beau de dire que la Banque Nationale est responsable socialement, mais il faut le démontrer, affirme en entrevue Geneviève Turbide-Potvin, vice-présidente, Solutions transactionnelles & Financement, Entreprises. À l’interne, les normes d’approvisionnement ont été revues. Notre futur siège social à Montréal sera construit selon des principes environnementaux avancés. On veut créer un écosystème qui soit en harmonie avec nos valeurs. » 

Au dire de Mme Turbide-Potvin, cette responsabilité sociale concorde également avec une préoccupation à l’égard de la diversité. Dans un même ordre d’idées, le gouvernement du Canada a créé une stratégie pour les entrepreneures dans laquelle il aborde notamment l’accès au financement, qui est plus ardu pour les femmes. Il indique aussi qu’il désire briser des barrières qui se dressent devant elles dans l’écosystème entrepreneurial. C’est d’autant plus important puisque selon une étude, la croissance des entreprises détenues par des femmes a crû de 32 % de 2017-2019 contre 3,7 % chez les hommes. 

« Ces barrières se situent surtout en amont du processus, souligne Geneviève Turbide-Potvin. Les entrepreneures se sentent souvent moins outillées face aux besoins et possibilités de financement qui s’offrent à leur entreprise. Il faut donc s’assurer qu’elles soient bien accompagnées et conseillées, que ce soit à propos des stratégies ou des finances. »

La Stratégie d’entreprise pour les femmes en entrepreneuriat, adoptée dans le cadre du budget fédéral, vise justement à améliorer l’accès des entreprises dirigées par des femmes au financement, à des bassins de personnes talentueuses, à des réseaux et à l’expertise dont elles ont besoin pour démarrer, prendre de l’expansion et accéder à de nouveaux marchés.

D’autres clientèles sous-représentées

« À la Banque Nationale, nous avions aussi identifié ces barrières, mentionne Mme Turbide-Potvin. Nous tentions depuis un certain temps d’y remédier. D’ailleurs, les défis rencontrés par les entrepreneures peuvent présenter certains points communs avec ceux auxquels font face les gens des minorités culturelles. Le Québec et le Canada font bonne figure au plan économique, entre autres en raison du dynamisme entrepreneurial des femmes. Celles-ci participent au marché de l’emploi et à l’essor de l’économie. Pour la Banque Nationale, c’est un enjeu social et économique important que d’encourager les femmes à s’investir et à rayonner dans l’entrepreneuriat. »

HenkelMedia.com

Rappelons qu’en septembre, Femmessor a annoncé un changement d’identité. Après 25 ans, l’organisation est devenue Evol. Dans la foulée, elle a élargi son offre de services afin de soutenir davantage d’entrepreneur.e.s parmi les clientèles encore sous-représentées dans le monde des affaires : les femmes, les personnes racisées, les personnes immigrant.e.s, les membres des Premières Nations et Inuits, les personne de la communauté LGBTQ2+ et les personnes en situation de handicap. Ainsi, Evol a acquis une plus grande envergure dans le milieu de l’entrepreneuriat diversifié et inclusif et sera en mesure d’amplifier son impact positif. 

HenkelMedia.com

« La croissance découlant de l’immigration est tellement significative que l’on se doit d’être adéquatement représenté dans le domaine du financement, dit Mme Turbide-Potvin. Notre partenariat avec Evol a été murement réfléchi et concorde parfaitement avec nos valeurs. En élargissant son offre de services, cette année, Evol répond exactement aux besoins que nous avions identifiés au fil des ans. Je ne parle pas seulement de l’accès au financement. Evol propose un accompagnement aux entrepreneur.e.s des clientèles encore sous-représentées dans l’écosystème entrepreneurial. » 

« Ça fait la différence, poursuit-elle. Dans la Stratégie du gouvernement fédéral, l’enjeu de l’accompagnement est d’ailleurs mentionné. Les entreprises à propriété féminines bénéficient grandement d’un tel service de soutien. 

Dans les conversations avec notre clientèle entrepreneuriale, les dirigeantes de petites entreprises – les femmes y sont plus nombreuses ici que dans les moyennes et grandes entreprises – ont notamment manifesté le besoin d’obtenir de l’accompagnement professionnel. »

À la Banque Nationale, la responsabilité sociale par rapport à la grande diversité est donc bien identifiée, selon la vice-présidente, Solutions transactionnelles & Financement, Entreprises. Elle est considérée dans l’ensemble des marchés et dans tous les segments. « Notre organisation s’engage à appuyer plus d’entreprises dirigées par des femmes et des gens issus des communautés culturelles. La diversité est une richesse. Quand la Banque Nationale prête de l’argent aux clients d’Evol, l’organisation doit tenir compte de nos attentes au sujet de la diversité. » 

Quand l’organisation a étendu ses services à une plus large clientèle, il est devenu un « joueur du financement d’autant plus important », d’après Mme Turbide-Potvin. Il faut dire qu’avant de procéder à l’actualisation de son identité de marque et à l’élargissement de son mandat, Evol a mené une consultation auprès de plusieurs acteurs du milieu, dont la Banque Nationale. 

 

« Cette transformation de Femmessor à Evol a un impact très positif. De plus, grâce à notre partenariat, de nombreux entrepreneur.e.s ont décidé de venir frapper à la porte de la Banque Nationale. En plus de bénéficier d’un financement et d’un parcours d’accompagnement chez Evol, certains d’entre eux pourraient aussi bénéficier d’un accompagnement de pointe, notamment dans  des secteurs plus nichés comme les hautes technologies. Nous pourrions ainsi aider des entrepreneur.e.s qui sont encore moins représentés que dans des domaines plus traditionnels. »

De l’avis de Geneviève Turbide-Potvin, les entrepreneur.e.s québécois ont la chance de bénéficier d’une belle gamme de services provenant des différents partenaires financiers, comme Evol, qui souhaite les soutenir dans leur évolution et leur donner des ailes. « Cet amour de l’entrepreneuriat est assez unique chez nous. »

À propos de l'auteur(e)

À propos de Henkel média