6 questions pièges en entretien d’embauche et comment y répondre

Henkel média

11 Décembre 2023

9 minutes

L’entretien d’embauche est plus qu’une simple formalité. C’est une étape stratégique où chaque question est une clé ouvrant les portes de la psychologie, des compétences et des aspirations profondes du candidat. Parmi elles, certaines sont des mines d’or d’informations pour les employeurs, mais des champs de mines pour les candidats non préparés.

Dans cet article, nous vous dévoilons quelques questions parmi les plus courantes posées par les recruteurs, et des stratégies astucieuses pour y répondre.

1. Pourquoi avez-vous quitté votre dernier emploi ?

Les recruteurs utilisent cette question pour sonder votre loyauté et votre attitude face aux changements et aux défis professionnels. Ils veulent s’assurer que vous n’avez pas de tendance à quitter prématurément en cas de difficultés, et cherchent également à comprendre vos motivations de carrière.

L’astuce ici est de rester positif et de ne pas critiquer votre ancien employeur. Expliquez comment ce changement s’inscrit dans votre parcours professionnel. Par exemple, vous pourriez dire :

« Mon dernier emploi m’a beaucoup apporté en termes d’expérience et de compétences. Cependant, après avoir atteint plusieurs objectifs importants et contribué de manière significative à l’équipe, j’ai ressenti le besoin de chercher de nouvelles opportunités qui s’alignent mieux avec mes objectifs de carrière à long terme, tels que [mentionnez des objectifs spécifiques]. Je suis reconnaissant.e pour le temps passé avec mon ancien employeur et je suis maintenant prêt.e pour un nouveau défi qui me permettra de continuer à grandir professionnellement. »

HenkelMedia.com

Astuces supplémentaires :

➢  Mettez en avant les aspects positifs de votre ancien emploi et ce que vous avez appris.

➢  Évitez les commentaires négatifs sur votre ancien employeur ou vos collègues.

➢  Reliez votre départ à un désir de développement professionnel, comme l’acquisition de nouvelles compétences ou l’exploration d’un nouveau secteur.

➢  Si votre départ était dû à des circonstances extérieures (comme une réorganisation de l’entreprise), expliquez brièvement la situation tout en restant positif.

Vous montrez que votre décision de quitter était réfléchie et fondée sur des objectifs professionnels constructifs, ce qui est toujours perçu positivement par les recruteurs.

2. Quelles sont vos attentes salariales ?

Les employeurs posent cette question pour évaluer si vos attentes salariales correspondent à leur budget et à la politique salariale de l’entreprise. Une réponse trop élevée peut vous faire paraître hors de portée, tandis qu’une réponse trop basse peut vous dévaloriser.

Avant votre entretien d’embauche, faites des recherches approfondies sur les salaires moyens pour votre poste, en tenant compte de votre expérience, de votre niveau d’éducation, et de la localisation géographique. Avec ces informations en main, proposez une fourchette plutôt qu’un chiffre exact, et soyez prêt à négocier. Par exemple :

« Basé sur mes recherches sur les salaires standards pour ce type de poste dans cette région, ainsi que sur mon expérience et mes qualifications, je pense qu’une fourchette de [montant] à [montant] serait appropriée. Bien sûr, je suis ouvert à discuter de cela en fonction des autres éléments du package de rémunération. »

 

Astuces supplémentaires :

➢  Soyez prêt.e à justifier votre fourchette salariale en expliquant comment vous avez évalué votre valeur sur le marché.

➢  N’oubliez pas de prendre en compte les autres avantages que l’entreprise pourrait offrir, comme les assurances, les congés payés, les options de travail flexible, etc.

➢  Si vous vous sentez mal à l’aise de discuter du salaire lors des premiers entretiens, il est acceptable de dire que vous êtes ouvert à la discussion une fois que vous en saurez plus sur le rôle et les responsabilités.

En abordant la question des attentes salariales de cette manière, vous démontrez que vous avez une compréhension claire de votre valeur sur le marché tout en restant ouvert au dialogue et à la négociation.

HenkelMedia.com

3. Préférez-vous travailler de manière indépendante ou en équipe ?

Les recruteurs utilisent cette question pour évaluer votre capacité à vous adapter à différents environnements de travail et styles de collaboration. Elle vise à déterminer si vous pouvez être à la fois autonome et un joueur d’équipe efficace, selon les besoins du projet ou de l’entreprise.

Il est conseillé de montrer votre flexibilité et votre compétence dans les deux contextes. Vous pourriez dire :

« Je m’adapte facilement aux exigences du projet ou de la tâche à accomplir. J’apprécie le travail en équipe car il permet d’échanger des idées et de bénéficier de diverses perspectives, ce qui peut conduire à des solutions plus créatives et efficaces. Mais je suis également capable de travailler de manière indépendante, ce qui est essentiel lorsque des tâches requièrent une concentration profonde et une prise de décision rapide. »

Astuces supplémentaires :

➢  Fournissez des exemples concrets de situations où vous avez travaillé efficacement en équipe et de manière indépendante.

➢  Mettez en avant les compétences clés requises dans chaque mode de travail, comme la communication et la collaboration pour le travail d’équipe, et l’autonomie et la gestion du temps pour le travail indépendant.

➢  Soulignez que votre choix dépend de la nature du projet et des objectifs à atteindre.

En répondant de cette manière, vous démontrez que vous êtes un professionnel polyvalent, capable de s’adapter aux besoins changeants de l’entreprise et des projets, tout en valorisant les avantages du travail en équipe et de l’autonomie.

4. Parlez-moi d’une fois où vous avez échoué.

Les recruteurs posent cette question pour évaluer votre capacité à reconnaître et à apprendre de vos erreurs, ainsi que votre maturité et votre résilience face à l’échec. Cette question teste aussi votre honnêteté et votre auto-évaluation.

Choisissez un exemple spécifique d’échec professionnel et expliquez comment vous l’avez géré et ce que vous en avez appris. Par exemple :

« Dans un projet antérieur, j’étais responsable de la livraison d’une partie importante du projet dans un délai serré. Malheureusement, j’ai mal évalué le temps nécessaire pour certaines tâches, ce qui a conduit à un retard dans la livraison. J’ai immédiatement pris la responsabilité de cette erreur, et nous avons travaillé pour rectifier la situation. Cet échec m’a enseigné l’importance d’une planification plus réaliste et de la communication proactive des risques. Depuis, j’ai amélioré mes compétences en gestion du temps et en planification de projet. »

 

Astuces supplémentaires :

➢  Assurez-vous que votre exemple est pertinent pour le poste.

➢  Mettez l’accent sur les leçons apprises et les mesures correctives prises, plutôt que sur l’échec lui-même.

➢  Évitez de blâmer d’autres personnes pour l’échec ; concentrez-vous sur votre rôle et votre réaction.

➢  Montrez comment cette expérience a contribué positivement à votre développement professionnel.

En répondant de cette manière, vous démontrez que vous êtes capable de gérer l’échec de manière constructive, d’en tirer des enseignements et de vous améliorer, des qualités précieuses dans le monde professionnel.

5. Pourquoi y a t-il un trou dans votre parcours?

Les recruteurs posent cette question pour comprendre les raisons de votre absence du marché du travail et pour évaluer votre stabilité professionnelle. Ils cherchent également à savoir si vous avez utilisé ce temps de manière productive ou pour vous améliorer professionnellement.

Soyez transparent et positif. Expliquez brièvement la raison de cet écart tout en mettant l’accent sur ce que vous avez appris ou accompli pendant cette période. Par exemple :

« J’ai pris une pause de [durée] pour [raison, par exemple, des raisons familiales, une formation, un voyage, etc.]. Pendant cette période, j’ai [mentionnez toute activité pertinente]. Cette expérience m’a permis de [expliquez comment cela a contribué à votre développement professionnel, par exemple, en développant de nouvelles compétences, en gagnant en maturité, en acquérant une nouvelle perspective]. »

 

Astuces supplémentaires :

➢  Si votre écart est dû à des raisons personnelles, comme des soins familiaux ou une maladie, il est suffisant de le mentionner sans entrer dans les détails.

➢  Si vous avez suivi des cours, des formations ou travaillé sur des projets personnels, assurez-vous de les relier à votre développement professionnel et de montrer comment ils peuvent être bénéfiques pour le poste pour lequel vous postulez.

➢  Évitez de parler négativement de vos expériences passées. Concentrez-vous sur la croissance et les opportunités que cet écart a présentées.

HenkelMedia.com

6. Quels sont vos objectifs de carrière ?

Les employeurs posent cette question pour déterminer si vos ambitions professionnelles s’alignent avec les objectifs et la culture de l’entreprise. Ils cherchent à savoir si vous êtes susceptible de rester engagé.e et motivé.e sur le long terme.

Votre réponse doit montrer que vous avez des objectifs de carrière clairs, réfléchis et alignés avec le poste et l’entreprise. Par exemple :

« À court terme, je souhaite contribuer à [mentionnez des contributions spécifiques liées au poste pour lequel vous postulez]. J’aspire à développer mes compétences en [mentionnez des compétences pertinentes]. À long terme, j’aimerais évoluer vers un rôle où je pourrais [mentionnez des objectifs plus larges, comme diriger une équipe, gérer des projets complexes, ou influencer la stratégie de l’entreprise]. Je suis particulièrement attiré par ce poste car il semble offrir des opportunités de croissance dans ces domaines. »

Astuces supplémentaires :

➢  Assurez-vous que vos objectifs sont réalistes et réalisables dans le contexte de l’entreprise.

➢  Évitez de mentionner des objectifs qui pourraient être en contradiction avec les valeurs ou les objectifs de l’entreprise.

➢  Il est bon de montrer que vous êtes ambitieux.se, mais vos objectifs doivent également refléter un engagement envers l’entreprise et le poste pour lequel vous postulez.

➢  Si possible, reliez vos objectifs de carrière à des réalisations passées qui démontrent votre capacité à atteindre vos ambitions.

Lors de votre prochain entretien d’embauche, souvenez-vous que ces interrogations sont des opportunités de démontrer non seulement votre compétence, mais aussi votre caractère.

Conseil de préparation : Avant l’entretien, prenez le temps de réfléchir à des exemples concrets de votre expérience professionnelle pour illustrer vos réponses. Pratiquez à voix haute pour gagner en confiance et en clarté. L’authenticité et la préparation sont vos meilleurs atouts!

Vous avez aimé cet article ? Ajoutez-le à vos favoris !

À propos de l'auteur(e)

À propos de Henkel média